samedi 1 octobre 2016

Témoignage de Mati: la parcours d'une perte de poids drastique

Mon amie Mati s'est livrée à une petite interview pour parler de son parcours et peut-être apporter de premières pistes à certains. Suite à un passage à vide dans sa vie, elle a progressivement pris du poids sur plusieurs années pour finir par atteindre l'obésité. Un facteur auquel elle a décidé de remédier au travers de différents aspects: dans son hygiène de vie mais aussi en travaillant sur son mental et en prenant le temps de mieux se comprendre. Bref, un chemin multi-directionnel qu'elle a entrepris de son propre chef sur base de ses envies et ressentis personnels. Ce n'est pas là une injonction, un modèle absolu ou une solution toute tracée. Chacun a son propre vécu et sa propre image de soi, sa relation au corps. Décider de perdre du poids ou non est une décision purement personnelle qui doit viser un bien-être personnel et il n'y a pas de voie unique, ni d'objectif ultime car chaque corps réagit différemment. Aujourd'hui, Mati vous parle de sa voie à elle, qui lui convient  à elle, mais ne fut pas sans embûche. 


Un déclic sur une intuition et une remise en question
"C'était la veille de mes 29 ans. Un énième matin avec un mal de ventre après avoir pris mon petit-déjeuner... Cela faisait des semaines que je mangeais des céréales sans faire ensuite le lien avec la réaction de mon estomac qui se gonflait douloureusement. Sur une intuition, j'ai fait une recherche internet sans vraiment réfléchir et je suis tombée sur un site qui a changé ma vie aussi bien que mon corps. Un site tenu par un ancien obèse avec plein d'articles de nutrition que j'ai d'abord lus en diagonale. Il y avait aussi un forum avec des gens comme moi qui se posaient des questions, qui voulaient perdre du poids sans savoir comment ni par quoi commencer.

C'était en avril 2016. Je pèse alors 87 kilos. L'année précédente, j'en faisais 96. J'avais perdu sans spécialement le vouloir: en étant active avec un job prenant, j'oubliais de grignoter et la frustration du boulot m'avait poussée à me mettre au vélo d'appartement. Mais le chômage (voulu mais difficile) me fait ensuite reprendre 2 kilos et me force à réfléchir et mieux ressentir mon corps. Je suis désormais animatrice en maison de retraite et je passe mes journées à prendre soin des autres. Je décide d'en faire autant pour moi-même. J'en ai marre d'avoir mal aux articulations, d'être essoufflée, de galérer pour m'habiller. Le regard des autres me pèse aussi et je me rends surtout compte que je n'ai plus de sensations de faim mais une sensation de besoin, une envie de quelque-chose que je remplace par de la mauvaise bouffe." 

Retour en arrière: une introspection pour envisager l'avenir différemment
"Il me faut d'abord comprendre pourquoi j'ai grossi autant il y a quelques années pour arriver au stade de l'obésité morbide (je fais 1m60). En y réfléchissant, ça a commencé à déraper vers mes 21 ans quand je suis sortie du lycée sans diplôme, avec sous le bras 3 redoublements et un sentiment de nullité absolue. J'avais l'impression de n'avoir aucun avenir et j'étais triste, triste de la vie. Mcdo est alors devenu mon meilleur ami. J'y allais presque tous les jours, sans faim, mais pour me remplir. Combler ce sentiment de vide. Et ça me déprimait encore plus. Doucement mais sûrement, j'ai pris 35 kilos sur 7 ans. Sans vraiment m'en rendre compte et en me disant que ce n'était pas grave. Pas grave... Qui grossit autant en se disant que ce n'est rien? Ca semble à présent aberrant à mes yeux." 

Le temps des premiers changements
"Mais je ne me sentais bien nulle part, chez mes parents, en collocation, au boulot, en amour ou en amitié. Rien n'allait. A mi-parcours, j'ai déménagé et je suis arrivée dans une nouvelle ville. J'ai fait un service civique et découvert ma voie professionnelle, enfin. Et côté mental, ça commençait à aller mieux même si le corps lui continuait de grossir. J'ai fini le service civique et je me suis lancée dans ma nouvelle vie professionnelle avec des cours du soir pour obtenir mon bac (un échec que je trainais), des stages de découverte... Le tout avec une vraie volonté pour trouver une formation qui me convenait dans le soin auprès de personnes âgées. J'oubliais mon corps, j'avais un but.

L'étape ultime a été de trouver cette formation à 600 kilomètres de chez moi et de partir, loin de ma mère qui a eu une éducation basée sur la culpabilité. Une nouvelle ville, avec un chéri et une voie qui me plaisait. Mais aussi du coup des difficultés nouvelles et là, nouvelle étape: j'ai démarré une thérapie. Officiellement pour parler du boulot, officieusement pour comprendre qui j'étais, et comment je fonctionnais. En un an, j'ai changé, évolué. Dans ma tête mais aussi dans mon corps et j'ai perdu 10 kilos sans même m'en rendre compte. Ce sont les remarques des collègues qui m'ont mis la puce à l'oreille et j'ai acheté une balance. J'ai vu la différence. Fin de la formation, j'étais épuisée et j'ai décidé de m'accorder quelques mois sans travailler, en faisant du bénévolat pour rester active et ne pas avoir de trou dans le CV. C'est là que j'ai repris 2 kilos, nous voici en avril 2016."


Un nouveau départ prometteur
"Nous sommes la veille de mes 29 ans et je décide de passer à la vitesse supérieure. Je fouille ce fameux forum trouvé, je regarde des vidéos de nutritionnistes et de coach. Je me fixe un an pour perdre 15 kilos. Je souhaite donc faire 70 kilos pour mes 30 and. Je teste alors des choses pour voir comment mon corps réagit, m'observer, me comprendre. J'arrête les céréales bourrées de chocolat et le sucre blanc rajouté dans le thé et les yaourts. Résultat: moins 2 kilos en une semaine! Je continue sur ma lancée en faisant le plein de provisions saines. J'achète des flocons d'avoine, du chocolat noir et des fruits secs pour les petits creux et j'évite de faire de gros plats lourds le soir. Dernière initiative: je décide de faire une heure de vélo par jour. Je suis au chômage, autant s'en servir pour quelque chose d'utile. J'accorde une grande importance à mes sensations corporelles. Je remarque que je n'ai plus mal au ventre, je suis moins essoufflée. Je me demande alors pourquoi je ne le fais que maintenant. Me voilà lancée plus que jamais alors je m'inscris dans une salle de sport proche de chez moi et je continue de modifier mon alimentation et de m'écouter.

Août arrive et j'ai perdu 7 kilos en 3 mois et demi. Je fais à présent 80 kilos et je me sens mieux, j'abandonne un peu les vêtements noirs. Je commence aussi un travail avec une kiné pour accélérer le processus. Tout n'est pas rose, mon esprit et mon corps se rebellent. Je suis plus sensible, j'affronte de nouvelles angoisses et avec l'évacuation des toxines due à la perte de poids, j'ai des boutons. Mes règles se dérèglent, ma transpiration sent très fort. Bref, mon corps est chamboulé. Mais je sais que c'est une bonne chose, que je suis sur la bonne voie et que ce sera éphémère. Je continue de tester mon corps et de m'observer et cerise sur le gâteau, je me baigne pour la première fois dans la mer devant des gens. Une véritable bouffée d'air et de liberté qui signe mon évolution. Nous voilà en septembre 2016, j'ai perdu 10 kilos en 5 mois. Je n'en reviens pas mais je suis heureuse de mon parcours. J'ai acheté cet été un vélo de rue pour faire mes déplacements et ne peux plus m'en passer, c'est un vrai plaisir. Au total, cela fait 20 kilos de perdus. Il ne reste plus qu'à poursuivre ma route à mon rythme mais je suis confiante que tout ira pour le mieux. J'ai confiance en moi et en l'avenir." 

Merci Mati pour tes confidences, tu sais que nous sommes toutes avec toi <3 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire